Nous sommes accueillis Ă  Tabriz par Mahdi et sa famille. Il accueille en meme temps que nous un TaĂŻwanais et un francais. Nous visitons ensemble cette ville. Nous vivons au rythme iranien. Long picnic le soir et volley ball au parc

Semaine 21  (iran)

Nous decidons de ne plus pédaler en iran (Il fait très chaud, et le trafic est dangereux) et de rejoindre Téhéran en bus. Mahdi nous escorte de nuit avec ses amis (1 voiture devant et 1 moto derriere) jusqu'à la station de bus. Il nous donne le contact d’Amir qui nous hébergera à Tehran.

Une fois à Tehran nous nous occupons des formalités pour le visa tajik. Nous allons à l’ambassade de France où l’on nous demande d’attendre une semaine pour obtenir une simple lettre de recommandation. Après d'âpres négociations nous parvenons à l'obtenir sous deux jours. Nous pedalons 2 matins en plein coeur de Téhéran. C’est du suicide! La pollution très élevée de la capitale est insuportable... A éviter absolument.

Nous nous réfugions à l’ouest de la ville, dans un quartier aisé où l’air est moins pollué. Amir nous accueille dans sa famille 3 jours. Une nouvelle fois nous partageons le quotidien d’une famille Azari. Longues soirées au parc, avec barbecue, thé, danse, et instruments de musique.

Encore une fois l’accueil des iraniens est exceptionnel.

Semaine 21  (iran)

Nous décidons de partir quelques jours au bord de la mer caspienne dans le nord du pays. Nous passons d’un climat désertique à un climat semi tropical en traversant la chaîne de montagnes (elbourz) qui sépare ces deux regions. Kaveh et sa famille nous héberge 2 jours. Il habite une maison bien sympa dans la campagne verdoyante. Nous leur donnons un petit coup de main dans leur restaurant la journée.

Semaine 21  (iran)

Nous rencontrons un couple de Bruxellois de notre âge qui voyage en pinô tandem jusqu'en Ouzbékistan

Semaine 21  (iran)
Retour Ă  l'accueil