Nous entrons en Birmanie via le passage de Mae sot. Une rivière marque la frontière.

Sur le pont qui l’enjambe on nous demande subitement de changer de sens de circulation. Les birmans conduisent à droite (comme en France) mais avec le volant à droite (comme en Angleterre)!

En 1970, le dictateur Ne Win décida que tout le monde devait conduire à droite sur les conseils de son astrologue, disant que la droite lui porterait chance.

Semaine 46 (Birmanie)

Notre première soirée en Birmanie est riche de rencontres.

Nous retrouvons Susu qui nous accueille à Kawkareik. Elle ne peut cependant pas nous inviter à dormir chez elle de peur des autorités.

Nous restons dans un petit hotel et nous la retrouvons en soirée pour découvrir la ville à vélo et manger dans un petit resto.

Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)

Nous rencontrons deux autres cyclos.

Jerick de San Diego. Il a volé pour Bangkok et roule en solo depuis déjà un mois. Lui aussi transporte une guitare ou plutôt un yukulele.

Perla, une italienne. Elle finit un tour d’un mois en Birmanie et s’apprête à rentrer chez elle. Elle nous donne pas mal de tuyaux sur ce nouveau pays.

Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Ensemble nous visitons notre première pagoda.....impressionnant!

Ensemble nous visitons notre première pagoda.....impressionnant!

Nous partons pour Hpa-an avec l’americain Jerick. Les paysages sont interessants mais la route dangereuse avec beaucoup de trafic. Le soir nous rencontrons 2 quebecquois voyageant chacun avec un guitalele comme Louis.

Avec Jerick et les 2 guitaristes, nous jouons de la gratte à 4 toute la soirée....c’est génial!

Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)

Après la visite d’une cave reconvertie en temple boudhiste nous prenons un cap au sud...en bateau cette fois.

Nous parcourons environ 60km en descendant la rivière Salween jusqu’à Malawmine.

Nous rencontrons un backpacker qui a subitement décidé d’acheter un vélo pour traverser le Myanmar.

On va dire qu’il est au stade de découverte! Son vélo de ville à 50 dollars et 3 vitesses ne lui permet pas de trainer ses 40 kilos de bagages sur les routes vallonnées et sous un soleil de plomb. Il n’a pas encore assez souffert pour connaitre la notion d’optimisation de la masse embarquée!

Son feedback est intéressant. Il remarque qu’après de mutiples voyages en sac à dos, le fait de voyager avec un vélo dégage une autre image auprès de la population locale. Les gens sont plus proches et bienveillants. Les voitures s’arrêtent et le prennent spontanément en stop lorsqu’il pousse sa charette sur le bord de route!

Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)

A Malawmine, nous observons les locaux au marché. Hommes et femmes portent des jupes : les longyi. Ils mettent de la poudre jaune sur le visage (Thanaka) qui permet de se rafraichir et de se protéger du soleil. A Kawareik, Susu nous a fait tester le Thanaka. Il est fait à base d’écorce jaune frotté sur une pierre avec de l’eau.

Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)

Après avoir quitté Malawmine nous tentons notre première nuit en tente . Nous nous préparons à ce que ce ne soit pas facile et calculons notre coup...qui ne tente rien n’a rien!

Stratégiquement, nous choisissons un temple, loin de la sphère d’influence des militaires, des villes, et de leurs commissariats de police. Nous arrivons au couché du soleil pour favoriser le côté "aidez moi...je n’ai pas d’autres solutions".

Nous comptons sur l’aide des moines boudhistes généralement très accueillants avec les voyageurs à vélos ( du moins au Laos et en Thailande).

Il est 18h la nuit tombe et notre coup semble fonctionner à merveille! Le contact passe bien et les moines du temple sont sur le point de nous proposer un carré d’herbe. Les villageois de 7 à 77ans affluent et nous entourent peu à peu par curiosité.

Soudain le chef du village arrive et parle à la trentaine de personnes présente. En quelques minutes les sourires s’inversent et la méfiance de l’étranger s’installe. Désormais, impossible de décrocher le moindre sourire même sur les visages innocents des enfants. Les villageois sont manipulés par un discours sécuritaire.

Le temps passe. A 19h, on décide de nous escorter sur un petit chemin de terre jusqu’à la maison du chef religieux. Le vieux sage de 70 ans, bedonnant, brinquebalant, les lunettes cassées (de travers sur le nez), sort d’une petite forêt la machette à la main, où il coupait du bois de teck.

Il nous aborde avec un grand sourire et un bon anglais. Il résume la situation. Les moines veulent nous aider mais les autorités ont des consignes très strictes sur la gestion des touristes: grandes villes et hôtel ou rien!

De toutes façons, il est déjà trop tard. Des villageois ont appellé la police.

Il est 20h, on nous embarque dans un pick-up. 5 villageois montent dans la benne et sont chargés de nous escorter. Direction Malawmine la ville d’où nous étions partis le matin même....génial....game over!!

Maison du vieux sage et négociation vaine avec la police

Maison du vieux sage et négociation vaine avec la police

Après cette expérience marquante nous revoyons nos plans. Nous avions privilégié le sud Birman pour son authenticité loin du tourisme de masse. Au nord les circuits sont bien rodés (Bangan et Inle lake). Nous sommes peut être ici trop tôt. Le nouveau gouvernement d’Aung San Suu Kyi arrivera seulement en avril. En attendant les règles ne sont pas claires pour la police birmane.

On nous expliquera ensuite que les autorités sont globalement plus strictes ici. En effet, le sud et notamment la région Mon où nous nous trouvons est historiquement séparatiste. Les autorités ont dans le passé réprimé violemment la population qui reste terrorisée.

Toquer aux portes sera également difficile, car on ne veut pas donner d’ennuis aux locaux.

La seule solution reste de se cacher pour camper...pas trop notre truc!

Plus grand boudha du voyage...12 étages. Et quelques temples.
Plus grand boudha du voyage...12 étages. Et quelques temples.
Plus grand boudha du voyage...12 étages. Et quelques temples.
Plus grand boudha du voyage...12 étages. Et quelques temples.

Plus grand boudha du voyage...12 étages. Et quelques temples.

Nous changeons de rythme. Désormais nous parcourons de grandes étapes en peu de temps et ciblons des lieux interessants où passer plusieurs jours. Pour ce faire nous roulons 70km de 5h30 à midi. L’après midi, lorsque le thermomètre commence à fleurter avec les 40 degrés, nous complétons en stop jusqu’à la prochaine ville.

Nous poussons ainsi jusqu’à la plage Satse où nous nous relaxons plusieurs jours.

Premiers contacts avec la mer Andaman et plus largement l’océan indien!
Premiers contacts avec la mer Andaman et plus largement l’océan indien!
Premiers contacts avec la mer Andaman et plus largement l’océan indien!
Premiers contacts avec la mer Andaman et plus largement l’océan indien!
Premiers contacts avec la mer Andaman et plus largement l’océan indien!
Premiers contacts avec la mer Andaman et plus largement l’océan indien!

Premiers contacts avec la mer Andaman et plus largement l’océan indien!

Nous quittons Satsé à l’aube, et prenons une petite route à travers des villages et marais salants pour rejoindre Ye. Cette route poussiereuse rend notre progression difficile, mais le paysage en vaut la peine. De bon matin les locaux se frottent les yeux en nous voyant!

Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Semaine 46 (Birmanie)
Retour Ă  l'accueil