Nous longeons le parc national de Tai Rom Yen dans sa longueur. C’est chaque jour un plaisir de pédaler à la fraiche un peu avant 6h et observer le levé de soleil!

Nous longeons le parc national de Tai Rom Yen dans sa longueur. C’est chaque jour un plaisir de pédaler à la fraiche un peu avant 6h et observer le levé de soleil!

Dans un village campagnard perdu nous trouvons une perle.... et ne rechignons pas à un peu de confort! Nous louons une maisonette avec airconditionné et piscine....oui oui une piscine.... pour l’équivalent de 10 euros pour 2...c’est top!

Dans un village campagnard perdu nous trouvons une perle.... et ne rechignons pas à un peu de confort! Nous louons une maisonette avec airconditionné et piscine....oui oui une piscine.... pour l’équivalent de 10 euros pour 2...c’est top!

Après notre épopée à l’interieur des terres nous retrouvons la mer Andaman (côte ouest) au niveau de Hat Pak Meng

Après notre épopée à l’interieur des terres nous retrouvons la mer Andaman (côte ouest) au niveau de Hat Pak Meng

Un soir nous poussons les derniers coups de pédales jusqu’à la tombée de la nuit. Nous toquons à la porte d’une petite ferme familiale. Les propriétaires des lieux nous voient tout transpirants sur nos vélos et nous acceuillent avec plaisir. Nous plantons la tente dans leur plantation de palmiers servant à produire l’huile de palme...bonjour les moustiques! Il nous offrent une bonne pastèque. La nuit d’après ce sont des moines boudhistes qui accepteront de nous accueillir dans leur temple!

Un soir nous poussons les derniers coups de pédales jusqu’à la tombée de la nuit. Nous toquons à la porte d’une petite ferme familiale. Les propriétaires des lieux nous voient tout transpirants sur nos vélos et nous acceuillent avec plaisir. Nous plantons la tente dans leur plantation de palmiers servant à produire l’huile de palme...bonjour les moustiques! Il nous offrent une bonne pastèque. La nuit d’après ce sont des moines boudhistes qui accepteront de nous accueillir dans leur temple!

Un autre soir nous trouvons un super spot pour planter la tente sur une plage. Etant sur la côte ouest nous apprécions un beau coucher de soleil

Un autre soir nous trouvons un super spot pour planter la tente sur une plage. Etant sur la côte ouest nous apprécions un beau coucher de soleil

Nous coupons le 7ème parallèle Nord et commençons à sentir sérieusement la proximité de l’équateur. La nuit le taux d’humidité atteint 85% et les températures ne tombent pas en dessous de 20-25 degrés. Dans la moiteur du soir, perlant de sueur, sous notre tente, en mode "étuve", nous luttons parfois pour nous endormir. Le coucher du soleil marque généralement la fin de notre journée. C’est aussi  l’heure de la première vague de moustiques. Rassasiés, douchés nous nous réfugions alors dans notre tente moustiquaire et tentons de dormir. Le lendemain le réveil sonne à 5h. Alors que le soleil n’est pas encore levé nous remballons tout le materiel à la frontale et déjeunons. 5h45 c’est l’heure de la deuxième vague de moustiques que l’on tente d’abréger en grimpant au plus vite sur nos vélos. 6h nous voila déjà en route, les mollets chauffent, il fait frais. Les habitants commencent tout juste à sortir dans la rue parfois encore en pyjama et nous regardent passer avec étonnement.

Nous coupons le 7ème parallèle Nord et commençons à sentir sérieusement la proximité de l’équateur. La nuit le taux d’humidité atteint 85% et les températures ne tombent pas en dessous de 20-25 degrés. Dans la moiteur du soir, perlant de sueur, sous notre tente, en mode "étuve", nous luttons parfois pour nous endormir. Le coucher du soleil marque généralement la fin de notre journée. C’est aussi l’heure de la première vague de moustiques. Rassasiés, douchés nous nous réfugions alors dans notre tente moustiquaire et tentons de dormir. Le lendemain le réveil sonne à 5h. Alors que le soleil n’est pas encore levé nous remballons tout le materiel à la frontale et déjeunons. 5h45 c’est l’heure de la deuxième vague de moustiques que l’on tente d’abréger en grimpant au plus vite sur nos vélos. 6h nous voila déjà en route, les mollets chauffent, il fait frais. Les habitants commencent tout juste à sortir dans la rue parfois encore en pyjama et nous regardent passer avec étonnement.

Nous nous arrêtons entre midi et 16h, généralement dans les temples. On y trouvent des coins d’ombre bien ventilés, de quoi faire une petite sieste, et surtout de l’eau pour se mouiller régulièrement. Le thermomètre dépasse les 35 degrés tous les jours. A midi le taux d’humidité est souvent plus faible que la nuit, autour de 30%.

Nous nous arrêtons entre midi et 16h, généralement dans les temples. On y trouvent des coins d’ombre bien ventilés, de quoi faire une petite sieste, et surtout de l’eau pour se mouiller régulièrement. Le thermomètre dépasse les 35 degrés tous les jours. A midi le taux d’humidité est souvent plus faible que la nuit, autour de 30%.

Après la Chine, le Vietnam, le Laos, la Thailande et la Birmanie, "l’épisode boudhiste" touche à sa fin. Les temples sont peu à peu remplacés par les mosquées. Nous entendons de plus en plus régulièrement les appels à la prière dans les villes et campagnes. L’apparence des habitants changent aussi, le teint plus foncé, les femmes plus voilées, les hommes plus barbus. C’est la route pour la Malaisie!

Retour Ă  l'accueil